Après cent ans

Après cent ans

Après cent ans

L’aube est calme et un homme va mourir. Il n’y aura ni plaintes, ni cris, ni douleur. Peut-être le sang de mes genoux écorchés en rampant ou celui de mes mains ouvrant un chemin au milieu des ronces. 

97 produit en stock

978-2-36984-093-0

14,69 €

Ajouter au panier

30 autres produits dans la même catégorie :

En savoir plus

Il me faudra avancer à tâtons, m’élever ou chuter dans des vallées profondes, franchir les déserts de sable, les forêts obscures 8 et les chemins pierreux, dérouler chaque fil de ma vie, briser chaque bribe de mon âme pour finir mon voyage et ne laisser que mon regard.

Sans aucun souvenir de ce que j’ai vu hier, sans aucune espérance en ce que sera demain, une conscience piétinée, brisée, jetée en pâture aux lions d’une éternité nouvelle. Voici le voyage, les pas faits à reculons pour oublier et me laver de toute humanité. Je reverrai la jeune fille au sourire angélique et je l’oublierai. Je sentirai l’affection du sage, l’amour du père et je m’en détacherai. Je connaîtrai la tristesse, cette putain qui broie le cœur, l’envie folle de ne plus être seul et je les abandonnerai.

J’embrasserai la solitude, je me donnerai à elle et je vivrai. Une vie sans artifice, faite de soleil ardent, de feuilles mortes, de froid et de renaissance, un temps qu’on ne mesure pas, qui s’écoule, qui ne connaît ni les secondes ni les heures, ni les mois ni les ans. Des instants, clairs de lune ou ciels sombres, nés du souffle d’un monde tantôt paisible tantôt déchaîné. Une vie simple, une vie d’animal. Aujourd’hui un homme est mort mais mon cœur bat toujours.

« Cent’anni, centu mesi... est un très beau livre d'une apparente simplicité.

Un livre qui s'impose non en force mais par un équilibre complexe et subtil entre tous les éléments disparates et souvent contrastés qui s'y mêlent. Un livre qui nous fait dériver avec l'auteur dans le maquis de la mémoire et de l'imaginaire, dans une « Babbilonia » ouvrant des horizons infinis. » Emmanuelle Caminade. L’or des livres. (l-ordes-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com) « Dans ce livre, il est question d’humanité. Oui, le propos est universel et pour cette raison, il nous élève. N’est-ce pas là le rôle de la littérature… » Nathalie Malpelli.

Association Musanostra. (assomusanostra.wordpress.com)

Fiche technique

  • Auteur - Jean Yves Acquaviva
  • Date de parution - 01/06/2019
  • Hauteur - 240 mm
  • Largeur - 140 mm
  • Profondeur - 15 mm
  • Poids - 0,200 gr
  • Nombre de pages - 100

Commentaires

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Après cent ans

Après cent ans

L’aube est calme et un homme va mourir. Il n’y aura ni plaintes, ni cris, ni douleur. Peut-être le sang de mes genoux écorchés en rampant ou celui de mes mains ouvrant un chemin au milieu des ronces. 

Donner votre avis