Ici commence l'ailleurs

Ici commence l'ailleurs

Ici commence l'ailleurs

Ici commence l'Ailleurs est le nouveau recueil de poésie de Francesca Weber Zucconi.

1 produit en stock

978-2-915922-64-6

8,00 €

Ajouter au panier

28 autres produits dans la même catégorie :

En savoir plus

Découvrez la préface de Marie-Jean Vinciguerra, qui témoigne de toute la poésie et la magie d'Ici commence l'ailleurs : 

Francesca Weber Zucconi,

Prêtresse de l’Ici et de l’Ailleurs

Une poétesse inspirée nous est née. Personnalité originale, Francesca Weber Zucconi, façonnée par trois cultures, la française, l’allemande et la corse, les harmonise avec un égal bonheur.

Ses deux premiers recueils de nouvelles (Les fiançailles de brume - La dormeuse de l’Alta Rocca) nous avaient révélé une frémissante sensibilité nourrie de l’imaginaire insulaire et proche du romantisme germanique. Son dernier recueil, Ici commence l’Ailleurs, marie le style précieux et souvent baroque d’une poésie cultivée et la voix sauvage et violente de nos improvisatrices, ces voceratrices primitives dont l’art pouvait atteindre au sublime…

Vigie en alerte, sentinelle des lointains, notre poétesse campe à la frontière de deux mondes : le visible et l’invisible, le connu et l’inconnu, l’Ici et l’Ailleurs. L’Ici, la Corse, est le Lieu du culte. Francesca s’érige en gardienne du Temple, et malheur à qui profane et trahit sa terre, malheur à ceux qui la bradent, la saccagent, l’incendient ! La prêtresse se mue en impitoyable imprécatrice maudissant spéculateurs, « barrageurs *», incendiaires.

Habitée par une intuition hallucinée de la totalité, secouée par le verbe hugolien, elle perçoit « Ce que dit la Bouche d’Ombre » : « Tout parle, écoute bien. C’est que vents, ondes, flammes, arbres, roseaux, rochers, tout vit ! Tout est plein d’âmes ».

Notre poétesse appartient à la famille nervalienne des « Filles du feu ». Avec elle nous franchissons « ces portes d’ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible ».

Sœur de Sylvie et d’Aurélia, Francesca se reconnaît dans le portrait de ses aïeules signadore etmazzere. Telle « la fée des légendes, éternellement jeune », elle fait entendre sa voix de douceur et son cri :

Senti a voci di a to fata

Chì ti chjama in a muntagna

 

Le rocher n’est pas ce Satan inerte fiché par Dante dans son trou infernal et encore moins une tête archimboldesque assembleuse de ludiques saisons. Abrégé du monde, il vibre aux souffles cosmiques de la Vie. Il fait plus que respirer. Il médite.

À l’heure hululante d’un crépuscule brumeux, la fée se métamorphose en mazzera. Nuit de sabbat somptueuse, rites magiques d’une chasse nocturne, cérémonial apprêté par Leonor Fini sous le masque d’une sorcière corse.

Surgit à nos yeux émerveillés cette Diane chasseresse des âmes :

Pelisse d’ombre

Capuchon de brouillard

Manchon de bruyère

Robe de granit

Dentelles d’épines

Traîne de vent

Autre image, cette fois de désolation : une Corse incendiée, calcinée. Mais l’âme du Lieu est immortelle comme le fleuve qui ne cesse de remonter vers sa source.

Pythie en transes, l’oracle nous fait l’offrande de ses paroles : poésie lapidaire scellant et descellant les secrets de l’île. Feu d’artifice de pierres ignées, girandole de mots dénombrant le monde.

Francesca, solidaire d’un chant unanimiste, a participé avec enthousiasme à l’aventure del’Operata culturale (Pierres anonymes, Petre senza nome - 2010). Sa voix aérienne et minérale s’est fondue dans cette symphonie d’inspiration surréaliste, qui donne sens à notre identité insulaire.

Enrochée dans le grain de la pierre, mais libre comme l’air, son âme explore le vaste monde, chambre d’échos et de concordances, sous le soleil qui darde ou dans le halo de l’impératrice de la nuit.

S’il existe d’incontestables affinités entre les romantiques allemands, poètes et auteurs de nouvelles fantastiques, et l’univers onirique de Francesca, notre poétesse se place résolument sous le signe solaire d’Hölderlin et de son paradoxal voyage : « Le vent qui t’éloigne de chez toi t’en rapprochera ». L’Ailleurs hante l’Ici. L’Ici rêve de l’Ailleurs.

Le vaisseau fantôme nous emporte dans le rêve flamboyant de Louis II de Bavière, le Roi Lune…

Le déclin des Buddenbrook n’empêche pas les marronniers de refleurir à Lübeck…

Laissons-nous fasciner, à Berlin, par l’énigmatique reine d’Égypte, Néfertiti ou encore par cettemagnifique Erzsébetéprise d’Absolu, de Quêtes intérieures.

En terre d’Écosse, Walter Scott ne nous dépayse pas : nous sommes en terre jumelle.

Au terme d’un voyage fantasmagorique et immobile sur le ruban enchanté de Möbius, le Lointain a réintégré l’Ici, l’Instant, l’Éternité.

Là où l’Espace du Dehors

Est Espace du Dedans

Là où l’instant est habité

De tous les temps

Marie-Jean Vinciguerra

Fiche technique

  • Auteur - Francesca Weber Zucconi
  • Date de parution - 10/06/2011
  • Hauteur - 205 mm
  • Largeur - 145 mm
  • Profondeur - 6 mm
  • Poids - 0.109 kg
  • Nombre de pages - 75

Commentaires

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Ici commence l'ailleurs

Ici commence l'ailleurs

Ici commence l'Ailleurs est le nouveau recueil de poésie de Francesca Weber Zucconi.

Donner votre avis