Minoru

Minoru

Minoru

«1767. Le Japon vit sous le règne intransigeant du shogun Tokugawa.

Un samouraï en rébellion est contraint de s’expatrier. Ses pérégrinations le conduisent vers la lointaine Sérénissime République de Gênes. Il y rencontre d’autres exilés, dont une famille corse ayant fui la Ghjustizia Paolina.

489 produit en stock

978-2-36984-024-4

15,00 €

Ajouter au panier

21 autres produits dans la même catégorie :

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

En savoir plus

Le destin entraîne ces personnages en Corse, au moment de la troisième et définitive intervention de l’armée française dans l’île…

Leur odyssée s’achèvera en 1769, après la bataille de Ponte Novu, qui sonne le glas du jeune État démocratique voulu et instauré par Pasquale Paoli… »

« Minoru », un roman, épique, sentimental, historique, inattendu, poétique, haletant et incontournable!

"Sans craindre le coup d'épée ou mieux exactement de sabre, lisez sans attendre, toute affaire cessante même, ce qui est le plus stimulant roman corse de la saison, le plus inattendu aussi…" selon Raphaël Lahlou de RCF Corsica

L’auteur, Jean Michel Neri vit en Corse, où il a exercé le métier d’élagueur pendant plus de vingt ans. Il est aujourd’hui consultant dans le domaine de la préservation du patrimoine arboré et des oliveraies anciennes. Son précédent livre La peau de l’olivier, paru en 2012, donnait la parole à un vénérable olivier millénaire. Minoru, est son second roman: « Mon envie était de confronter deux cultures, deux types de structures mentales, très différentes et éloignées, et d’y chercher pourtant d’improbables similitudes ».

Fiche technique

  • Auteur - Jean-Michel Neri
  • Date de parution - 15 juin 2015
  • Hauteur - 288
  • Largeur - 200
  • Profondeur - 15
  • Poids - 250 gr
  • Nombre de pages - 246

Commentaires

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Minoru

Minoru

«1767. Le Japon vit sous le règne intransigeant du shogun Tokugawa.

Un samouraï en rébellion est contraint de s’expatrier. Ses pérégrinations le conduisent vers la lointaine Sérénissime République de Gênes. Il y rencontre d’autres exilés, dont une famille corse ayant fui la Ghjustizia Paolina.

Donner votre avis